Un peu d’histoire

Hôtel Diamant Les Bains : un autre grand plongeon!

Ce jeudi 24 novembre 2016, des engins de chantiers vont entrer en action pour démolir l’hôtel Diamant Les Bains. Ce n’est pas n’importe quel hôtel puisqu’il est le plus ancien établissement hôtelier ouvert en Martinique. C’était en 1945. 71 ans plus tard Le Diamant Les Bains s’apprête à vivre de nouvelles aventures.

Cet établissement hôtelier qui a le Rocher du Diamant en toile de fond a ouvert ses portes en juin 1945. La date de départ de son incroyable histoire fait qu’il deviendra le plus ancien établissement hôtelier ayant vu le jour à la Martinique.

L’établissement est porté sur les fonts baptismaux par Louis Andrieu, le père d’Hubert, l’actuel propriétaire. Louis est comme on dirait un entrepreneur dans le Sud. Il possède une boucherie, une boulangerie, des commerces et est surtout connu pour les nombreuses têtes de bétail dont il dispose. En 1968, Hubert, qui a alors 23 ans, se voit confier l’établissement par son père. Le jeune homme vient de terminer des études hôtelières et il va s’atteler à la tâche pendant 48 ans. Si Hubert s’est davantage occupé des cuisines, il a eu de la chance, comme il le reconnaît lui­même, d’avoir à ses côtés son épouse, Marie­ Yvonne.

2 200 PERSONNES, CHAQUE JEUDI, VENAIENT DANSER

Hubert et Marie­ Yvonne ont réussi à donner une âme à cet établissement dont la réputation a fait le tour du monde. Les nombreux messages de félicitations et de remerciements de la clientèle, française et américaine, en attestent. Celle – ci apprécie surtout « l’hôtel à papa avec tout son charme et ses limites » . Nous sommes dans le séjour balnéaire à l’ancienne, aux couleurs des Antilles. L’établissement propose en terrasse abritée, entièrement ouverte sur l’extérieur, un restaurant, L’Assiette Créole, qui occupe une place centrale au Diamant Les Bains. Et, avec Hubert Andrieu aux fourneaux, on vient de toute la Martinique, surtout le mardi pour les soirées langoustes. 200 convives sont accueillis à chaque soirée. Le jeudi, c’est le délire avec les garden­party. Ce sont 2 200 personnes qui affluent pour danser sur la musique des Play­Boy, de la Perfecta, de Simon Jurad et Opération 78… « Beaucoup de couples se sont formés chez nous. Ceux qui arrivaient seuls repartaient toujours accompagnés » , assure, avec malice, Hubert Andrieu, aujourd’hui âgé de 71 ans.

TEL LE PHOENIX, IL RENAÎTRA DE SES CENDRES

Il y a trois ans, après la mort de leur fils Hervé, à qui Marie­Yvonne et Hubert avaient déjà confié la gestion de l’établissement, tout va changer. Il faut dire que, depuis 15 ans déjà, Hervé s’occupait de l’hôtel avec une véritable passion. Il avait des projets pour l’hôtel construit par son grand­père mais une erreur médicale lui sera fatale. Fils aimant et affectueux, sa disparition brutale à l’âge de 35 ans bouleverse radicalement les desseins d’Hubert et de Marie­Yvonne. L’année dernière la décision est prise de vendre le Diamant Les Bains et de garder sous forme d’actionnariat une petite part qui revient à Jean­Marc Andrieu, l’autre fils. En août dernier la vente a été effective et l’établissement a cessé de fonctionner. On retrouve un Martiniquais, un Guyanais et un Français à la tête de cette succession qui ne marque pas du tout la fin du Diamant Les Bains. Au contraire, un magnifique projet de reconstruction a été déposé en mairie et les premiers coups de pioche devraient commencer d’ici la mi­décembre 2016. Dans 14 mois, si tout va bien un nouveau Diamant Les Bains devrait sortir de terre. Il s’agira, selon les promoteurs, d’un établissement quatre étoiles. Le Diamant Les Bains est donc tel le Phoenix, il renaîtra de ses cendres.

UN ETABLISSEMENT DE 30 CHAMBRES

Au départ, le Diamant Les Bains a vu le jour avec 10 chambres. L’hôtel a pu fonctionner ainsi jusqu’en 1980 ou il a ensuite construit 20 autres chambres. Sept chambres étaient situées au premier étage du bâtiment principal. Ensuite, 23 bungalows ont été répartis en deux catégories : les « Jardin » situés le long de la propriété, au niveau de la piscine. Et, quelques marches plus bas, les bungalows « Plage » qui ont été érigés au plus près de la plage. Si le grand âge de l’hôtel se faisait vraiment sentir, le succès de l’établissement a été bâti autour du restaurant et donc des talents culinaires du chef Hubert Andrieu et de l’art de recevoir et d’accueillir de son épouse Marie­Yvonne Andrieu. Hubert a collectionné pendant longtemps les prix décernés par les Toques Blanches.

LE NOUVEAU « DIAMANT LES BAINS »

Le nouveau Diamant Les Bains qui devrait être construit à la place de l’ancien est présenté comme un projet hôtelier classé 4 étoiles. L’établissement devrait garder le même style architectural mais offrir désormais du rand luxe à sa clientèle. Ainsi, les chambres qui seront portées au nombre de 35 devraient accueillir des kitchenettes, la nouvelle piscine sera à débordement et il y aura un jacuzzi près de la plage.

Article paru dans le journal FRANCE-ANTILLES le 26 novembre 2016

L'article en PDF